RÉALISATIONS DES INITIATIVES CBI 4

Photo: Michael Benanav

Photo: Michael Benanav

 

engagement 4 - Égalité des droits fonciers pour les femmes

AMÉRIQUE LATINE ET CARAIBES

Des organisations de 10 pays de la région ALC unissent leurs forces pour promouvoir les droits fonciers des femmes

En Amérique latine et dans les Caraïbes, 58 millions de femmes vivent en milieu rural, mais elles représentent moins de 20 % des propriétaires terriens. Les cadres juridiques dans la région ont changé ces dernières années afin de reconnaître formellement les droits des femmes, mais les changements de politique n'ont pas toujours conduit appliqué ces changements dans les pratiques sur le terrain. Au contraire, dans certains pays, les défis que rencontrent les femmes défenseures de la terre et de l'environnement ont empiré.

L’initiative CBI « Mujer Rural y Derecho a la Tierra » a débuté dans quatre pays et a été étendu avec succès à 10 autres pays. Elle rassemble 20 organisations qui travaillent à améliorer l'accès des femmes rurales à la terre et à garantir leur participation aux processus décisionnels qui ont un impact sur leur vie.

Réalisations

  • Un solide réseau de membres et d'alliés en Amérique du Sud et en Amérique centrale.

  • Un rapport national et un plan pour chaque plate-forme NES dans la région afin de peser sur les politiques relatives aux droits fonciers des femmes.


AfriQUE

L'Union africaine approuve la Charte sur les droits fonciers des femmes panafricaines

Près de 70 % des femmes africaines vivent dans les zones rurales, où l'extrême pauvreté est la norme et où l'accès des petits exploitants à la terre est en diminution constante. L'accaparement des terres et de l'eau a entraîné des violations des droits humains et le déplacement forcé de millions de personnes à travers le continent, avec des impacts significatifs sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Les États membres de l'Union africaine ont formellement adopté des cadres juridiques à l’échelle du continent protégeant les droits fonciers des femmes rurales, mais cette reconnaissance formelle n'a pas empêché la poursuite des accaparements et dépossessions sur le terrain. L'Initiative Kilimandjaro, soutenue par l'ILC à travers l’initiative CBI 4, est une initiative menée depuis la base par des femmes pour exiger la redevabilité des dirigeants africains quand au respect de leurs engagements et de la protection des droits fonciers des femmes.

Elle rassemble 17 membres de l'ILC de 11 pays, en partenariat avec des organisations qui ne sont pas membres de l'ILC. L'initiative a mobilisé 500 femmes rurales de 22 pays africains et a culminé en octobre 2016 lorsque 29 représentantes ont gravi le Kilimandjaro, la plus haute montagne d'Afrique. Elles y ont ensuite remis à un représentant de l'UA une Charte des Revendications formulées par les femmes rurales, qui forme désormais la base de l'action de suivi par l’initiative CBI.

Réalisations

  • L'initiative CBI a rassemblé des membres et des alliés à travers le continent afin de parler d'une seule voix sur les droits fonciers des femmes, y compris à travers le lancement d'une campagne de plaidoyer numérique et des supports multimédia.

  • Le neuvième Pré-Sommet de l'UA qui s'est tenu à Addis Abeba en janvier 2017 a officiellement approuvé la Charte des Revendications.


AsiE

Les membres unissent leurs forces pour défendre les droits des femmes à la terre en Asie.

Malgré leur rôle traditionnel d'agricultrices et d'éleveurs, les femmes d'Asie manquent souvent de ressources et d'opportunités comme la sécurité foncière et l'accès aux services d'appui à l'agriculture. La situation des femmes autochtones est encore pire, en raison de l'accaparement des terres et de leur marginalisation socio-économique. Les politiques ont changé en réponse aux pressions exercées par les mouvements locaux de réforme agraire et les organisations internationales, mais les pratiques n'ont pas changé, et les normes sociales conservatrices continuent à favoriser les hommes pour l'accès à la terre.

L’initiative CBI comprend 14 membres de l'ILC dans cinq pays. Elle met l'accent sur l'échange de connaissances, le renforcement des capacités et la sensibilisation, ayant déjà travaillé avec plus de 500 femmes rurales et autochtones, ainsi que des militants de base et des agricultrices et agriculteurs de la région.

Réalisations

  • Documentation et systématisation des connaissances sur les droits fonciers des femmes ainsi que la mise en commun par le biais d'un Centre de connaissances et d'informations, le portail web "She Land" 


Réalisations à l’échelle mondiale au titre de l'engagement 4

  • Travail de plaidoyer conjoint pour obtenir un large soutien en faveur du maintien de l'indicateur 5.a.2 des ODD relatif à l'égalité des droits des femmes en matière de propriété foncière.

  • Grâce à la participation des membres de l’ILC aux négociations sur le texte, le projet de « Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysannes et paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales » met fortement l'accent sur les droits fonciers des femmes,.

  • Une meilleure interconnexion entre les membres d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine et collectent conjointement des données, renforçant ainsi les capacités sur les droits fonciers des femmes.

  • Une attention accrue portée aux droits fonciers des femmes dans 10 processus SNE, y compris par le biais de rapports alternatifs.

  • Travail de plaidoyer conjoint, par exemple à l'occasion de la Journée internationale de la femme rurale ainsi que pour attirer l'attention du public et des autorités sur les dimensions sexospécifiques de la sécurisation de l’accès aux biens communs.